top of page
Rechercher

Liberté, Egalité, Fraternité chérie

Où sont les limites de nos libertés ?




À partir du moment où nous vivons en communauté, que cette communauté soit réduite à quelques personnes où soit à l’échelle d’un pays, nos libertés s’arrêtent aux limites fixées par la communauté. Ces règles à l’échelle d’un pays sont les différentes lois votées comme par exemple en France par l’assemblée nationale. Elles sont inflexibles et nul n’est sensé ignorer la loi. Cela borne nos libertés lorsqu’il s’agit de faire ou ne pas faire. Par exemple : je n’ai pas le droit de voler le bien d’autrui, le droit de construire sur un terrain qui ne m’appartient pas, le droit de rouler à plus de 130 kilomètres /heure sur autoroute, je dois me munir d’un pass sanitaire pour aller dans un restaurant. Etc. Si certaines lois sont intangibles, car se sont des principes qu’il n’y a pas lieu de discuter, d’autres le sont moins, elles sont fonction de la subjectivité des gouvernements qui promulguent les lois et l’expérience nous montre que certaines lois se font et se défont en fonction des gouvernements en place.

Mais notre liberté n’est pas uniquement limitée, par nos lois, car même si la convention européenne des droits de l’homme dans sont article 10 énonce clairement « toute personne a droit à la liberté d’expression », notre liberté dans ce domaine se réduit de plus en plus. À voir les intégristes qui commettent des attentats pour diffusion de caricatures dans le magazine Hebdo, les sujets qu’il est difficile d’aborder publiquement à cause de certaines commutés aidées par des biens pensants qui se scandalisent chaque fois qu’ils se sentent pris à parti etc. À tel point que beaucoup d’humoristes aujourd’hui limitent leur droit d’expression, contrairement à Coluche ou Thierry le Luron, par exemple, qui l’ont utilisé adroitement pour nous faire rire. Parallèlement, depuis la crise du coronavirus, la vague de « modération » des contenus Facebook, Twitter et YouTube n’arrête pas de grandir. Alors que les réseaux sociaux constituaient il y a encore peu de temps des plateformes d’expression libre, voilà qu’eux aussi sont condamnés au silence sur les sujets sensibles, non approuvés par les consensus d’experts des organisations de la santé. Qui aujourd’hui a autorité chez Youtube, Facebook, Twitter pour porter un jugement sur les contenus qui seraient de fausses informations concernant les vaccins à ARN messager. Le constat de tout ceci est que progressivement, on limite nos libertés et c’est pour cela que des personnes manifestent. C’est la première fois en France que l’on manifeste contre la perte de liberté. Jusqu’à présent les manifestations défendaient une cause (pour ou contre le mariage homosexuel, contre le prix du pétrole, contre la perte de pouvoir d’achat etc ). Il ne faut pas se tromper, les manifestations contre le pass sanitaire, sont des manifestations contre notre perte de libertés. Cela va bien au delà d’une revendication ponctuelle comme semble le dire certains politiques ou journalistes. C’est une prise de conscience que nos libertés sont de plus en plus réduites et qu’elles dépendent de plus en plus des pouvoirs en place qui légifèrent et ordonnent, respectant de moins en moins nos libertés. Ces deux dernières années nous avons accepté beaucoup de choses que l’on n’aurait jamais cru avant pouvoir accepter. C’est toujours présenté pour la bonne cause. En Chine la notation des individus est aussi présentée pour une bonne cause ! Soyons vigilants. Les bonnes causes sont toujours discutables notamment dans certains cas, car nous ne sommes pas tous égaux.


C’est une bonne liaison pour aborder le deuxième triptyque de notre devise « égalité ». Dans la constitution il est dit que tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit. Le principe d‘égalité repose sur l’interdiction de toute forme de distinction entre les individus. Ne pas faire de distinction entre les individus même en droit ne peut pas s’accommoder du fait que nous sommes tous différents. Nous le voyons bien, nos chances dans la vie ne sont pas égales pour tout le monde. Elles dépendent beaucoup du milieu dans lequel nous naissons et nous vivons. Nous avons tous des traces génétiques qui ne nous rendent pas égaux devant la maladie. Nous avons tous choisi différentes formes pour donner sens à notre vie. Pour certains, c’est l’accumulation de biens, pour d’autres c’est de respecter leur être intérieur. Certains ont une foi inconditionnelle en la science, d’autre sans la rejeter, préfèrent vivre des expériences personnelles.

C’est surtout vrai dans le milieu médical où les différents protocoles mis en place pour soigner les gens considèrent qu’il n’y a pas d’être différents mais des cas. Ce qui tend à avoir une pensée unique qui ne laisse pas de place à la reconnaissance de l’être comme une personne différente des autres et à créer des lois qui sont discriminatoires et loin du principe d’égalité figurant dans la déclaration des droits de l’homme. Quand à la fraternité c’est à la conscience de chacun qu’il faut s’en remette et peut faire l’objet d’un prochain post.


10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Post: Blog2 Post
bottom of page