Rechercher

Les médias courent-ils à notre perte ?

Dernière mise à jour : 10 oct.

Dans les années 60 il n’y avait qu’une seule chaîne de télévision, des radios dont l’autorisation était donnée par l’état et des journaux pour informer les gens. A cette époque l’état contrôlait l’information, mais la contradiction était donnée par des journaux nationaux et locaux. Presque toutes les familles achetaient un journal, au moins le local, en même temps que la baguette de pain. L’information était réduite à deux journaux télévisés par jour et quelques flashs radios. Le but était de renseigner les gens sur ce qui se passait en France, très peu à l’étranger. La télé n’était pas à l’époque polluée par l’audimat qui oblige aujourd’hui les chaines de télé à faire mieux que la chaine d’à côté et même de la copier en apportant aux auditeurs le sensationnel et toute la misère du monde. Si l’on tient compte que ce type d’information passe beaucoup en boucle, c’est vraisemblablement qu’il y a une attente de beaucoup d’entre nous qui compatissent au malheur des autres pour accepter leur condition. Chose bien intégrée par les propagandistes d’information. Avant, on pouvait se plaindre du contrôle de l’état sur les médias, ce qui poussa Mitterand à autoriser ce que l’on appelait à l’époque les radios libres, mais nous n’avions pas l’impression d’être mal informé sur la vie de notre pays. L’information était publiée par des journalistes qui respectaient leur chartre déontologique dont l’élément principal est de respecter la Vérité. Aujourd’hui, alors que les différents médias sont censés nous livrer de l’information, sommes-nous mieux informés ? Bien sûr que non, l’information est propagée par quiconque qui ne respecte aucun devoir du journaliste comme : respect de la vie privée, publier seulement des informations dont l’origine est connue, rectifier toute information publiée inexacte, ne pas confondre le métier de journaliste et celui de propagandiste... Plus grave ; la fausse information ou l’information nocive est relayée à l’infini par les réseaux sociaux. J’entends par information nocive, celle qui conditionne les gens, comme pendant le covid, en faisant peur, créant des clivages dans la population. La plus nocive est celle distribuée aux jeunes en leur affichant dans toutes les émissions Télé et les réseaux sociaux des modèles dans le monde du sport et du show-biz qui deviennent dans leur inconscient l’objectif à atteindre, sous entendant que les études et le travail ne sont pas la bonne voie pour y accéder. Ils ne pensent plus, mais raisonnent comme leur modèle qui très souvent sont de très mauvais exemples pour garder les pieds sur terre. La valeur devient l’argent gagné profusément. Malheureusement pour ceux qui croient aux idoles, elles sont peu nombreuses à avoir atteint le Graal. Une autre information nuisible est bien celle diffusée par les chaines en continue en communiquant sur tous les chats écrasés dans le monde ou en « scotchant » l’auditeur sur son fauteuil, en lui faisant croire qu’il va être le premier à savoir comment se déroulera « l’enterrement de la reine » alors qu’elles n’ont pas la moindre indication. Malheureusement ces types d’évènements se multiplient dans le monde et donnent à ces chaines l’occasion d’abêtir encore plus leurs auditeurs en leur donnant comme seul moyen de conversation ce qu’ils ont vu sur leur écran pendant plusieurs minutes, voire des heures. Il est donc naturel de présumer que tout cet Univers Médiatique asservi les gens mentalement surtout les plus jeunes en les empêchant de penser ou de mal penser.

Heureusement et aussi malheureusement pour l’avenir du pays, il y a encore beaucoup de gens et plus particulièrement certains jeunes qui croient au pouvoir des études pour ne pas se laisser enfermer dans la « cage ». Probablement ce seront ces jeunes qui demain seront les élites qui gouverneront notre pays, très éloigné des préoccupations des accros aux médias, créant ainsi un clivage dans la population. Cela ne favorisera pas le dialogue et génèrera des conflits. Clivage qui se fait déjà sentir. Voilà pourquoi on peut dire que les Médias d’une façon générale courent à notre perte en créant des distances qui ne facilitent pas la compréhension des uns vers les autres.






2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout